Le projet >

Réseaux sociaux >

Contact >

L’Atlas des Abeilles Sauvages de la Région de Bruxelles-Capitale, financé par Bruxelles Environnement et mis en œuvre par l’équipe du Prof. Nicolas Vereecken au Laboratoire d'Agroécologie de l'Université Libre de Bruxelles, a pour objectif de mieux cerner la diversité, la répartition, l'abondance et les besoins de plus de 150 espèces d’abeilles sauvages présentes à Bruxelles et de produire un document accessible au grand public résumant l'état de la connaissance actuelle.

WildBnB est l’acronyme de 'Wild Bees and Brussels' et rappelle l'expression du Bed and Breakfast (BnB), car nos abeilles sauvages ont besoin d’un lieu de nidification et de plantes nourricières pour survivre et s'épanouir en ville. 

f_logo_RGB-Hex-Blue_512.png
Group.png
twitter-512.png
instagram-round-flat-512.png

Stéphane De Greef
Coordinateur du projet
Laboratoire d'Agroécologie

ULB, Campus de La Plaine

T : +32 (0)2.650.6081

E : stephane.de.greef at ulb.ac.be

© 2019 WildBnB - ULB Agroécologie

All images by Nicolas Vereecken except mention

Comment aider les abeilles sauvages ?

Observez, apprenez, partagez !

Au cours des dernières décennies, les abeilles sauvages ont surtout souffert de l'absence d'intérêt public. Elles n'ont été considérées dans aucun processus de décision, que ça soit au niveau de la politique agricole commune, des aménagements urbains ou de l'agencement de votre potager ! Il est temps de parler d'elles et de les mettre au centre de nos préoccupations !

f_logo_RGB-Hex-Blue_512.png
Group.png
twitter-512.png
instagram-round-flat-512.png

Découvrez le monde merveilleux des abeilles sauvages sur ce site, observez les au quotidien dans votre quartier, accueillez les dans votre jardin, apprenez à les reconnaître via notre communauté Facebook et partagez vos nouvelles connaissances avec votre entourage ! Plus il y a aura de personnes informées de l'existence des abeilles sauvages, de leurs besoins et des menaces qui les guettent, plus notre communauté sera forte pour les soutenir et avoir un réel impact sur leur protection, survie et épanouissement !

Offrez leur le gîte et le couvert !

La première cause de déclin des abeilles sauvages est la perte d'habitat, de sites de nidification et de plantes nourricières.

En favorisant les plantes mellifères indigènes indispensables aux abeilles sauvages, et avec de très simples aménagements pour leur nidification, vous pouvez facilement transformer votre jardin ou balcon en zone refuge pour nos abeilles sauvages !

Plantes nourricières

Les abeilles sauvages ne peuvent survivre sans le pollen et le nectar de leurs plantes nourricières. Certaines abeilles ne butinent qu'une seule espèce de plante (abeilles monolectiques) et d'autres butinent beaucoup d'espèces de plantes (polylectiques). Certaines plantes ne sont pollinisées que par une espèce d'abeille, alors que d'autres plantes le sont par des dizaines différentes. L'important est d'enchaîner les floraisons abondantes de plantes indigènes dès la fin de l’hiver (février-mars) et jusqu'à la fin de l’été (septembre-octobre) afin de fournir des ressources alimentaires nécessaires et adaptées aux besoins alimentaires des abeilles de régions. Le guide 'Un jardin pour nos abeilles sauvages' (PDF) vous guidera dans votre choix de plantes.

Vous désirez plus d'informations sur les plantes les plus adaptées à nos abeilles sauvages ? En 2017, le Service Public de Wallonie a édité une brochure de 145 pages intitulée ‘Vers un fleurissement favorable aux pollinisateurs’, un PDF gratuit (7,4 Mb), avec une sélection de 100 espèces ornementales d'intérêt pour les pollinisateurs.

Fleurissement.jpg

Sites de nidification

Une grande majorité des abeilles sauvages sont terricoles, creusant une galerie dans le sol pour y faire leur nid. La plupart des espèces préfèrent les sols sableux et d'autres des sols plus meubles, généralement bien exposés au sud, bien ensoleillés, secs et sans trop de couverture végétale. Certaines préfèrent les sols plats et d'autres recherchent des talus obliques ou verticaux. En créant une petite butte artificielle en terre sableuse bien exposée au soleil dans votre jardin, vous pourrez attirer de nombreuses espèces d'abeilles terricoles.

Les abeilles rubicoles nichent dans des tiges évidées dont le diamètre varie en fonction de l'espèce, de 3 à 10 mm et de 10 à 20 centimètres de longueur. Assemblez des fagots de tiges d'ombellifères, de sureau ou de bambou de diamètres différents, et disséminez les dans votre jardin, suspendus par une ficelle aux murs ou aux arbres dans des endroits protégés de l'humidité, et les abeilles rubicoles ne tarderont pas à trouver un tube à leur goût !

L'ouvrage 'Un jardin pour les abeilles sauvages' est disponible en PDF gratuit (27 Mb).

Jardin Abeilles.jpg

Certaines espèces d'abeilles plus rares, comme l'osmie bicolore (Osmia bicolor), nichent à l'intérieur des coquilles d'escargot vides. Si vous trouvez des coquilles dans votre jardin, prenez bien soin de les laisser sur place dans des endroits secs entre la végétation, et les osmies pourront les utiliser pour y construire leur nid !

Aussi surprenant, les anthidies (Anthidium spp.), jolies petites abeilles trapues aux rayures jaune vif, utilisent des fibres végétales similaire au coton pour construire leur nid, donc n'hésitez pas à laisser pousser des épiaires des bois (Stachys sylvatica) ou des épiaires laineuse (Stachys byzantina) pour leur venir en aide.

Et si votre espace est limité, ou que vous n'avez qu'un balcon ou un appui de fenêtre, il vous reste la possibilité d'installer un hôtel à insectes. Les meilleurs hôtels sont ceux qui présentent une grande variété de diamètres de tubes, qui sont protégés par un petit grillage pour empêcher les oiseaux de venir manger les larves et qui seront installés exposés plein sud dans un endroit protégé de la pluie. Evitez les pommes de pin, les trous trop gros et les hôtels trop chers ! Vous pouvez aussi construire votre propre hôtel en suivant cette fiche de Natagora ou ce petit guide conseil pratique de la Région Wallonne !

Autres conseils et aménagements

De façon générale, il est important de laisser un peu de nature sauvage dans un coin de votre jardin. Un tas de rondins de bois, un tas de rocailles, des 'mauvaises herbes', des fagots de brindilles, une vieille souche sont autant d'endroits qui pourraient devenir des sites de nidification pour de nombreuses espèces. L'addition d'un plan d'eau avec des plantes flottantes ou d'une zone humide où les abeilles peuvent s'abreuver peut aussi s'avérer utile.

Considérant les causes du déclin des abeilles sauvages, certaines mesures simples et évidentes permettent de leur venir en aide assez facilement. Parmi celles-ci :

- évitez la monotonie - une grande diversité de plantes et de microhabitats est préférable

- évitez l'utilisation de pesticides (herbicides, insecticides, fongicides)

- n'enlevez pas vos pissenlits au mois de février-mars, ils aident des dizaines d'espèces !

- ne tondez pas la pelouse trop souvent ni trop court pour laisser les pâquerettes et pissenlits

- n'installez pas de ruches dans des milieux où les ressources florales sont limitées

Les choses à ne surtout pas faire !

- installer des ruches pour 'sauver les abeilles', les abeilles domestiques pouvant causer problème

- donner du miel ou du sirop de sucre à une abeille fatiguée (risque de contamination)

- planter des espèces florales exotiques ou invasives (arbre à papillon, renouée du Japon)

- suivre les conseils provenant des sites populaires sans avoir consulté l'avis de spécialistes !