Le projet >

Réseaux sociaux >

Contact >

L’Atlas des Abeilles Sauvages de la Région de Bruxelles-Capitale, financé par Bruxelles Environnement et mis en œuvre par l’équipe du Prof. Nicolas Vereecken au Laboratoire d'Agroécologie de l'Université Libre de Bruxelles, a pour objectif de mieux cerner la diversité, la répartition, l'abondance et les besoins de plus de 150 espèces d’abeilles sauvages présentes à Bruxelles et de produire un document accessible au grand public résumant l'état de la connaissance actuelle.

WildBnB est l’acronyme de 'Wild Bees and Brussels' et rappelle l'expression du Bed and Breakfast (BnB), car nos abeilles sauvages ont besoin d’un lieu de nidification et de plantes nourricières pour survivre et s'épanouir en ville. 

f_logo_RGB-Hex-Blue_512.png
Group.png
twitter-512.png
instagram-round-flat-512.png

Stéphane De Greef
Coordinateur du projet
Laboratoire d'Agroécologie

ULB, Campus de La Plaine

T : +32 (0)2.650.6081

E : stephane.de.greef at ulb.ac.be

© 2019 WildBnB - ULB Agroécologie

All images by Nicolas Vereecken except mention

Diversité et identification

Plus de 20.000 espèces d'abeilles ont été décrites par les scientifiques à travers le monde, 2.000 en Europe et près de 400 espèces vivent sur le territoire belge, du littoral à l'Ardenne profonde ! Chez nous, elles varient de quelques millimètres à plus de deux centimètres de long, toutes différentes en formes et couleurs et une pilosité très variable.

La Région de Bruxelles-Capitale, avec ses nombreux espaces verts (jardins privés, parcs, réserves naturelles et autres) accueille plus de 150 espèces d'abeilles sauvages en plus de l'abeille domestique européenne (Apis mellifera). Elles sont organisées en 28 genres et six familles: Andrenidae, Apidae, Colletidae, Halictidae, Megachilidae et Melittidae.

Leur identification à l'oeil nu ou sur base d'une seule photographie n'est pas chose facile ! A part les espèces très emblématiques telles que l'abeille domestique, le bourdon des champs (Bombus pascuorum) ou l'andrène fauve (Andrena fulva), il est souvent difficile d'identifier une abeille sans avoir capturé de spécimen. De nombreux caractères entrent en jeu pour l'identification des abeilles, notamment :

  • la nervation des ailes

  • la présence, taille et couleur de brosses pour récolter le pollen 

  • la forme et longueur des articles des antennes

  • la couleur et taille des soies sur différentes parties du corps

  • la forme des mandibules

  • le nombre, la forme et la couleur de taches sur la tête, le thorax et l'abdomen

  • la présence de coussinets entre les griffes des pattes

  • et bien plus encore !

C'est pour cela que dans de nombreux cas, il est nécessaire pour les experts de capturer quelques abeilles pour arriver à leur donner un nom et pour suivre l'évolution des populations sauvages. Ces captures sont nécessaires, importantes et il n'existe pas d'alternative pour mener la plupart de nos recherches. Une étude récente a démontré que ces prélèvements ponctuels n'avaient pas d'impact visible sur les populations et la composition des communautés d'abeilles sauvages.

Si vous désirez apprendre à reconnaître les abeilles, le projet SAPOLL a développé des outils d'aide à l'identification des genres d'abeilles de Belgique, vous pouvez télécharger ce document gratuitement ici (PDF, env. 7MB). Vous vous rendrez vite compte que l'identification sur base de photos n'est pas si simple, et que souvent des spécimens seront nécessaires pour pouvoir observer tous les caractères nécessaires à l'identification du genre et de l'espèce !

Les 20 images suivantes par Prof. Nicolas Vereecken donnent un aperçu de la diversité de formes et de couleurs trouvée chez les abeilles sauvages de Belgique. Les principaux genres sont représentés mais il ne s'agit ici que de 10% de la diversité attendue à Bruxelles !

Sapoll.png

1/1